Portrait d’une bête à 7 cordes

Côté Musique

Julien DIJOUX

Portrait d’une bête à 7 cordes

crédit photo: Fredbikerkiss Photography

« Il y a quelques années je “rencontrai” Julien par le biais d’un forum consacré au metal. J’étais à l’époque membre de Nightmares &nd Comedy et de son côté il était (et est toujours) guitariste du groupe Monolyth. Nous avons échangé quelques mots et le courant est passé immédiatement entre nous. Quelques années plus tard je créai Sick-He@rt et il me parut évident que Julien devait faire partie de cette aventure. Aujourd’hui je peux le dire: Sick-He@rt serait bien vide sans Julien ».

#RLRSM

Salut Julien! Peux-tu nous dire quelques mots sur toi?

Né au son du Rock et du Blues, j’ai grandi avec la musique.

crédit photo: M.Belmonte

Mes parents m’ont très vite fait découvrir des artistes qui m’ont marqué, et qui allaient à contre courant de mes camarades d’école.

Passionné de littérature policière à l’adolescence, j’ai ensuite basculé dans la littérature fantastique d’auteurs tels que Stephen King, Edgar Allan Poe, H.P. Lovecraft ou Graham Masterton.

Sans être un spécialiste, j’ai toujours aimé le cinéma, du classique à la série Z, en passant par la bonne comédie (raffinée ou bien lourde) et l’horreur.

J’ai toujours été un amoureux des animaux, et me suis engagé à l’aube de la trentaine dans la protection animale, rejoignant par la même occasion les rangs du véganisme, parce que le tofu et les brocolis, c’est cool !

Et côté musique, tu es tombé dedans comment?

La musique m’a toujours accompagné.

Mes parents écoutaient beaucoup de Rock, de Folk et de Blues (Téléphone, BB King, Joe Cocker, Tracy Chapman, Genesis, Phil Collins, Pink Floyd entre autres…).

A l’occasion de mes 6 ans, ma mère a passé un CD “pour rire” parce que ma tante ne supportait pas le groupe. Un CD qui m’a mis une tarte monumentale, et que je lui ai réclamé dès le lendemain : nous étions en 1992, et je découvrais “The Razor’s Edge” d’AC/DC !

Ce moment a marqué un tournant dans ma vie et mon approche de la musique.

Deux ans plus tard, je découvrais une caisse pleine de vynils dans le grenier chez mes grands-parents. Une vraie mine d’or, contenant notamment “Killers” d’Iron Maiden, “Metal Heart” d’Accept, “La Terreur” d’ADX et “Alive!” de Kiss. Et une VHS (ouais, y avait ça en ce temps-là !) Hard N’ Heavy.

A 12 ans, je tombe par hasard sur un magazine Hard N’ Heavy en librairie, et là, c’est le drame !

Fear Factory, Septic Flesh et Anthrax en ouverture du sampler vont définitivement me faire basculer dans le monde fantastique du Metal !

A 15 ans, je me mets à la guitare. Je monte mon premier groupe avec des potes de lycée, le frangin à la batterie, mais je suis derrière le micro.

Je compose pas mal pendant les années qui suivent, et reprend le micro pour un groupe de Death Metal entre 2006 et 2009.

En 2012, un groupe que je suis depuis ses débuts se reforme et cherche un guitariste : c’est le début de mon aventure avec Monolyth !

Et maintenant, il y a Sick-He@rt 😀

Sur Sick-He@rt tu incarnes également un personnage fictif et tu as dû poser comme modèle….que peux-tu nous dire à ce sujet?

J’ai fait mon tout premier shooting photo solo hors photos pour mon groupe dans le cadre de la présentation de ce personnage (sur lequel je ne dis rien pour l’instant, histoire que les gens le découvrent par la suite), et c’était vraiment une très bonne expérience !

Making of Pique avec Lili Brown et Robin

Je pense que je pourrais y prendre goût !

Quels sont les projets de la bête à 7 cordes?

Crédit Photo: Fredbikerkiss

Sortir le nouvel album de Monolyth et écumer les scènes de France et de Navarre pour le défendre comme il se doit !

Continuer à m’éclater dans l’aventure Sick-He@rt !

Et profiter des opportunités musicales qui s’offriront à moi 🙂

 Sick-He@rt de ton point de vue?

Sick-He@rt pour moi, c’est au départ beaucoup de curiosité : première fois que je bosse à distance avec des musiciens que je ne connais(sais) pas, première fois que je participe à un projet qui ne s’arrête pas à la musique et avec un vaste univers conceptuel.

Ensuite, Sick-He@rt est une belle histoire, un vrai coup de cœur pour les personnes avec qui j’ai pu travailler et que j’ai pu rencontrer jusqu’ici.

Une belle équipe, LA bonne mentalité, autant de conneries que de professionnalisme, et de l’amour tout plein !

Donc j’ai hâte d’attaquer la suite !

 

crédit photo: M. Belmonte avec Lili Brown et Yoann Dubost

Thrashtree, soliste

Côté Musique

ThrashTree

crédit photo: M.Belmonte

 

 

Spécialité: guitare

Particularité: Musicien dangereusement talentueux

La rencontre

Alors c’est l’histoire d’un pote qui a un pote qui joue de la guitare….voilà c’est comme cela que ça s’est passé. Une rencontre réelle assez récente mais qui n’en demeure pas moins géniale car l’alchimie a été immédiate. Nous avons beaucoup échangé et travaillé ensemble sur les compositions. Je lui envoie un morceau et il me le “chef-d’oeuvrise” avec un magnifique solo.

Fin 2017 Serj TANKIAN lance un défi : composer un morceau à partir de 7 notes. Et si on le faisait ? Voilà avec lui c’est comme ça depuis le début, on se fait des petites compos ensemble et ça marche, le son est bon, c’est simple, efficace et c’est parti pour durer!

#RLRSM

Selon toi s’il devait y avoir 3 règles à respecter absolument en musique

Le Tempo

L’intention

L’interprétation

Making of Like and Share crédit photo: M.Belmonte

Objectifs

Trouver sa place et y rester

Conseiller

Profiter

 

 

Making of Like and Share crédit photo: M.Belmonte

Deux raisons d’adhérer à ce collectif

Faire de la musique avec des personnes qui comptent

Faire de belles rencontres

 

Sick-He@rt en 3 points

Un projet fédérateur

Un étonnant terrain de jeu auquel chacun peut apporter sa contribution

Un vivier permanent de nouvelles idées

 

Making of Like and Share crédit photo: M.Belmonte

Quelques mots sur ton parcours artistique

crédit Photo: M.Belmonte

J’ai toujours été hypnotisé et ce depuis mon plus jeune âge par l’imagerie du guitariste qui tape son solo sur le devant d’une scène les cheveux dans le vent(ilo), par les gros plans sur les bends et les descentes de gammes, et le côté viscéral et mélodique de la distortion.

Disons que c’est certainement tout parti de là, de cette folie sonore et essentiellement visuelle à l’époque : les guitares électriques ça ne courait pas les rues par chez moi !

Bien plus tard, après de nombreuses années à pratiquer la musique surtout autour de la guitare donc, mais aussi de la basse et de la batterie, sur des influences plutôt pop rock et métal, tout en restant à l’écoute d’à peu près tout type style de musique moderne, j’ai finalement composé, réalisé et produit mon premier album de métal (c’est comme ça que c’est sorti !), entouré de musiciens impliqués qui m’ont accompagné pour l’enregistrement.

 

L’aventure continue maintenant à travers ma participation au projet Sick-He@rt, ainsi qu’au sein d’une formation plus confidentielle pour l’instant, mais qui n’attend que de se faire un nom !

 

Lili Brown, autoportrait

Côté Musique

-Lili Brown-

 

https://www.facebook.com/mbelmontephotography/
Shooting making-of Like and Share by M.Belmonte

Passionnée par le milieu artistique, ma vie a toujours été bercée par le son de la Musique.

Passion transmise par mon Père, et pour toujours.

 

 


J’ai d’abord évolué dans le milieu de la danse classique, portée par ma marraine, elle-même danseuse classique, ayant usé ses chaussons au conservatoire de Paris , j’ai donc eu les miens dès que j’ai su marcher.

https://www.facebook.com/mbelmontephotography/
Tribal dance shooting by M.Belmonte

Après seize ans de danse classique et moderne-jazz, je me tourne vers le monde merveilleux du Cirque où j’ai intégré un duo de portés acrobatiques pendant quatre années. J’ai également quelques bases en aériens tels que le trapèze et le tissu. J’ai poursuivi la danse au même moment en liant les deux disciplines et faisant du Rock acrobatique et Tango Argentin.

Freak Cirkus ShowsShooting photo by Laurent Menora

 


J’évolue également dans l’univers de la photographie, art que je pratiquais plutôt derrière l’objectif pour finir par passer devant et devenir modèle photo dit « alternatif ».


La dame du manoir shooting by Eric Pictures

  

 

 

Freak Cirkus Show shooting by Au Fil des Caprices

 

 La musique faisant partie intégrante de ma vie depuis toujours, le chant est peu à peu devenu une évidence, et au gré de quelques rencontres, je me suis jetée à l’eau.

 

Mes inspirations musicales sont très variées pouvant aller du Jazz, au Rock alternatif ou en passant par la musique classique, le Blues, le Punk Rock, le Métal et j’en passe…
La liste pourrait être longue !

 

« Profite de l’instant présent » Shooting by Estelle Photographie Studio

 

Julia Key, une voix, une âme

Bercée par la musique dès son plus jeune âge, elle découvre sa voix et prend des cours de chant avec René Sorba à 9 ans. Durant 7 ans, elle apprend les techniques de chant moderne. Julia rencontre et côtoie de nombreuses personnes comme, entre autres, Pascal Hernandez (auteur, compositeur), André Marion (parolier de Patrick Fiori).

A 17 ans, Julie Mathieu Miniconi veut s’orienter vers le chant classique et intègre le conservatoire d’Aix-en-Provence et rejoint une chorale dirigée par Danielle Stéfan (chanteuse, comédienne, chef de chœur, metteur en scène). Puis à la sortie du conservatoire, elle devient soliste dans le Chœur Lyrique de l’Estaque dirigé par la cantatrice Gayané Hovhannisyan.

Entre 2010 et 2013, Julia fait partie de deux groupes (rock progressif et métal) où elle entreprend de nombreuses tournées en France et en Europe. L’aventure se termine en 2013.
En avril 2013, le Choeur Lyrique de l’Estaque présente le spectacle Operassimo à l’Opéra de Marseille, à guichet fermé.

Julia, soliste, y fut très appréciée du public !

En 2015, elle sera soliste pour l’ensemble baroque « Les Borrées ».
A partir de 2016, Julie créée le Duo Classique Piano/Voix et propose un programme solo au public, accompagnée de la pianiste Aurélie Dupont plusieurs fois médaillée d’or du Conservatoire Royal de Mons (Belgique), dans le cadre des Concerts de Noël.

 

En 2017, Julia rejoindra la troupe des Baladins de l’Estello pour des concerts de chants provençaux et de chants italiens la menant à retravailler avec Danielle Stéfan, sa formatrice. Julia interviendra également au sein de la Chorale Sainte Anne en tant que soliste où elle recevra les ovations du public lors de la première édition du Choralgies & co Festival.
Cette même année, le Duo Classique Piano/Voix propose son récital « La Douceur d’un Rêve » au public.

 

 

Julia fera entendre sa voix lors du grand concours national de chant lyrique « Les Voix Nouvelles 2018 » parrainé par Natalie Dessay.
En parallèle, Julie créera son projet personnel « Julia Key », rejoindra le projet « Symphonic Island » et participera à différents projets musicaux.

 

 

 

 

Retrouvez Julia Key sur sa page Facebook: https://www.facebook.com/JuliaKey.Off/

Une rapounzel nommée Lydia

Côté Musique

Rapounzel, la rapounzel sans moustache

Je suis née dans une famille hybride artiste/non-artiste. Ma mère a toujours été une passionnée dans l’âme et j’aimais l’écouter chanter lorsqu’elle vaquait à ses occupations. Si elle n’a pas réussi à me transmettre ses talents manuels, elle m’a transmis l’amour de la musique et surtout l’amour de la beauté.

My silent murder

Bonjour à vous, chez Sick-Heart on se pose et on s'écoute un p'tit extrait de Rapounzel, la rapounzel sans moustache qui nous interprète ici "My Silent Murder" dont elle est l'auteur compositeur et interprète, morceau que vous trouverez sur l'album "The Opening" du groupe Nightmares &nd Comedy.

Gepostet von Sick-Heart am Montag, 18. September 2017

Petite dernière d’une fratrie de 4 enfants, nous avons toujours eu la musique en commun et tout particulièrement le chant même si nous pratiquions chacun un instrument. Toute petite déjà je composais mes premières chansons et je m’inventais toutes sortes d’histoires épiques tant les idées de scénarios se bousculaient dans ma tête.

Pour mon apprentissage musical j’ai appris les bases avec un professeur assez original et marginal qui ne croyait pas en l’importance cruciale de la théorie, aussi il passait le plus clair de nos temps de solfège à partager sa passion pour divers instruments, à nous pousser à ressentir les choses et à aimer ce que nous entendions. Dans les oreilles d’une petite fille ça ne signifiait pas grand chose mais ce personnage haut en couleur avait marqué mon esprit plus que je ne l’aurais cru à ce moment là. Suite à pas mal de changements dans ma situation géographique j’ai dû m’adapter dans l’apprentissage du piano avec des professeurs divers et variés mais vers l’âge de 14 ans j’annonçais à ma mère que je voulais être chanteuse. De 15 à 21 ans j’ai travaillé dans la musique auprès de chorales d’enfants et d’adultes. J’ai toujours été fascinée par les ensembles orchestraux et vocaux.

Après avoir écrit plusieurs spectacles pour enfants et comédies musicales je décide d’élargir un peu mon univers musical un peu trop restreint à mon sens (gospel, acapella, variété, pop). C’est alors qu’une amie me fait découvrir Within Temptation un groupe de metal symphonique qui en est à son 3ème album (Silent Force). Et l dans ma tête c’est un vrai déclic qui a lieu. J’aime ce mélange et je veux en savoir plus. Mes compositions prennent un autre tournant et s’enrichissent d’orchestrations et de guitares saturées.

crédit photo: Dimitri Rosel

En 2010 je me sens prête à monter mon premier groupe de metal et je fais alors la rencontre de Nicolas Bonnard puis d’Alexandre Dieux avec qui nous montons ce projet que nous appelerons: Nightmares &nd Comedy. C’est par le biais de ce groupe que je rencontre d’excellents artistes tels que Yoann Dubost ou encore Rémi Burlaud pour la partie musicale. Nous enregistrons un premier album grâce à notre ami Paps (Lights and Recording) et je ne sais pas encore à quel point tous ces contacts vont avoir une importance capitale dans la suite de mes projets artistiques.   En 2015 j’annonce mon départ du groupe suite à la naissance de ma fille mais je reste claviériste à distance. Avant mon départ définitif du groupe je rencontre 3 nouvelles artistes qui vont être décisives dans la création du projet Sick-He@rt: Lady Tinetine, Lili Brown et Carole Eyraud.

Le départ de ce groupe est un déchirement pour moi mais il me donne également l’occasion de travailler différemment et sur d’autres choses.

J’affine encore plus mes influences musicales en me concentrant davantage sur des groupes et des artistes qui me parlent tout particulièrement. Si je ne devais en citer qu’un ça serait Serj Tankian. Sa musique et son personnage me marquent au point de me remettre complètement en question musicalement et artistiquement parlant.

J’ai envie d’authenticité et d’émotions fortes et je me rends compte que l’art ne peut pas se résumer à la musique en ce qui me concerne mais il est évident que le visuel n’est pas mon rayon.  Me vient alors une idée un peu dingue de réunir un nombre indéfini d’artistes sous la bannière d’un seul et même nom: Sick-He@rt.

crédit photo: M.Belmonte

Je décide de tout arrêter professionnellement dans ma vie et de me donner une période d’un an pour réaliser ce rêve. Avec le Sick-He@rt j’espère réaliser des œuvres au sens larges en faisant appel à des acrobates, des danseurs, des musiciens, des photographes, des make-up artists, des modèles et la liste est non-exhaustive. Mais le projet va encore plus loin. Je ne veux pas être au centre du projet et je mets en place ce collectif qui sert la cause de tous.

Ainsi, une personne peut venir nous voir avec un texte, une émotion, une idée et si le projet nous parle alors nous mettons nos différents talents en action afin de mettre sur pied une nouvelle oeuvre d’art.

Le premier projet que nous présentons est le mien mais sous le nom de mon personnage: Rapounzel, la rapounzel sans moustache.