Portrait d’une bête à 7 cordes

Côté Musique

Julien DIJOUX

Portrait d’une bête à 7 cordes

crédit photo: Fredbikerkiss Photography

« Il y a quelques années je “rencontrai” Julien par le biais d’un forum consacré au metal. J’étais à l’époque membre de Nightmares &nd Comedy et de son côté il était (et est toujours) guitariste du groupe Monolyth. Nous avons échangé quelques mots et le courant est passé immédiatement entre nous. Quelques années plus tard je créai Sick-He@rt et il me parut évident que Julien devait faire partie de cette aventure. Aujourd’hui je peux le dire: Sick-He@rt serait bien vide sans Julien ».

#RLRSM

Salut Julien! Peux-tu nous dire quelques mots sur toi?

Né au son du Rock et du Blues, j’ai grandi avec la musique.

crédit photo: M.Belmonte

Mes parents m’ont très vite fait découvrir des artistes qui m’ont marqué, et qui allaient à contre courant de mes camarades d’école.

Passionné de littérature policière à l’adolescence, j’ai ensuite basculé dans la littérature fantastique d’auteurs tels que Stephen King, Edgar Allan Poe, H.P. Lovecraft ou Graham Masterton.

Sans être un spécialiste, j’ai toujours aimé le cinéma, du classique à la série Z, en passant par la bonne comédie (raffinée ou bien lourde) et l’horreur.

J’ai toujours été un amoureux des animaux, et me suis engagé à l’aube de la trentaine dans la protection animale, rejoignant par la même occasion les rangs du véganisme, parce que le tofu et les brocolis, c’est cool !

Et côté musique, tu es tombé dedans comment?

La musique m’a toujours accompagné.

Mes parents écoutaient beaucoup de Rock, de Folk et de Blues (Téléphone, BB King, Joe Cocker, Tracy Chapman, Genesis, Phil Collins, Pink Floyd entre autres…).

A l’occasion de mes 6 ans, ma mère a passé un CD “pour rire” parce que ma tante ne supportait pas le groupe. Un CD qui m’a mis une tarte monumentale, et que je lui ai réclamé dès le lendemain : nous étions en 1992, et je découvrais “The Razor’s Edge” d’AC/DC !

Ce moment a marqué un tournant dans ma vie et mon approche de la musique.

Deux ans plus tard, je découvrais une caisse pleine de vynils dans le grenier chez mes grands-parents. Une vraie mine d’or, contenant notamment “Killers” d’Iron Maiden, “Metal Heart” d’Accept, “La Terreur” d’ADX et “Alive!” de Kiss. Et une VHS (ouais, y avait ça en ce temps-là !) Hard N’ Heavy.

A 12 ans, je tombe par hasard sur un magazine Hard N’ Heavy en librairie, et là, c’est le drame !

Fear Factory, Septic Flesh et Anthrax en ouverture du sampler vont définitivement me faire basculer dans le monde fantastique du Metal !

A 15 ans, je me mets à la guitare. Je monte mon premier groupe avec des potes de lycée, le frangin à la batterie, mais je suis derrière le micro.

Je compose pas mal pendant les années qui suivent, et reprend le micro pour un groupe de Death Metal entre 2006 et 2009.

En 2012, un groupe que je suis depuis ses débuts se reforme et cherche un guitariste : c’est le début de mon aventure avec Monolyth !

Et maintenant, il y a Sick-He@rt 😀

Sur Sick-He@rt tu incarnes également un personnage fictif et tu as dû poser comme modèle….que peux-tu nous dire à ce sujet?

J’ai fait mon tout premier shooting photo solo hors photos pour mon groupe dans le cadre de la présentation de ce personnage (sur lequel je ne dis rien pour l’instant, histoire que les gens le découvrent par la suite), et c’était vraiment une très bonne expérience !

Making of Pique avec Lili Brown et Robin

Je pense que je pourrais y prendre goût !

Quels sont les projets de la bête à 7 cordes?

Crédit Photo: Fredbikerkiss

Sortir le nouvel album de Monolyth et écumer les scènes de France et de Navarre pour le défendre comme il se doit !

Continuer à m’éclater dans l’aventure Sick-He@rt !

Et profiter des opportunités musicales qui s’offriront à moi 🙂

 Sick-He@rt de ton point de vue?

Sick-He@rt pour moi, c’est au départ beaucoup de curiosité : première fois que je bosse à distance avec des musiciens que je ne connais(sais) pas, première fois que je participe à un projet qui ne s’arrête pas à la musique et avec un vaste univers conceptuel.

Ensuite, Sick-He@rt est une belle histoire, un vrai coup de cœur pour les personnes avec qui j’ai pu travailler et que j’ai pu rencontrer jusqu’ici.

Une belle équipe, LA bonne mentalité, autant de conneries que de professionnalisme, et de l’amour tout plein !

Donc j’ai hâte d’attaquer la suite !

 

crédit photo: M. Belmonte avec Lili Brown et Yoann Dubost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.